Site icon ZoneTravaux : bricolage, décoration, outillage, jardinage

Brico : Fabriquer son établi (suite et fin)

Dans le précédent article, nous venons de finir la fabrication des pieds de notre futur établi.

Nous allons maintenant continuer la fabrication de celui-ci avec la mise en place du plan de travail et toutes les finitions ! En guise de rappel, je vous mets la synthèse de l’article précédent.

En Synthèse pour réaliser cet établi :

et l’état des lieux après la première étape :

Alors, nous avons les 3 pieds, il ne reste plus qu’à voir le rendu avec le plan de travail (cela permettra déjà de constater que nous ne nous sommes pas tromper !)

Je vois déjà certains se dire que l’établi est très (trop) haut mais je vous rassures, plusieurs arguments m’ont poussé à choisir cette hauteur :
1/ je déteste travailler avec le dos tordu. Mesurant près d’1,85, il me fallait de la hauteur pour travailler.
2/ En dessous de l’établi, je souhaitais mettre un certain nombre d’outils dont un compresseur. Celui-ci mesurant 85 cm, le plan de travail devait donc se situer au dessus.

1/ Découpe du plan de travail

Au niveau des longueurs, je vous parlais précédemment de bien optimiser vos mesures pour éviter tout gâchis. Notre établi mesurant 290 cm de long pour 64 de large, seulement 4 bastaings seront nécessaires avec à peine 10 cm de pertes !

Tout comme nous l’avons fait avec les pieds et les traverses, il est important d’avoir les bastaings du plateau bien alignés ! Il vous suffit de les positionner à peut près au bon alignement, avec une équerre, tracer une ligne bien perpendiculaire au plan et maintenir les bastaings avant de vous emparer de votre scie circulaire

Pour l’instant, peu importe la distance avec les pieds, la méthode consiste juste à retirer le superflu des bastaings et ainsi, bien les aligner. J’ai positionné des réglettes en acier (maintenus par des serre joints) afin d’avoir un guide pour la scie circulaire.

Après avoir bien mesuré la longueur de votre plan de travail (ici, 290 cm), répétez l’opération à l’autre extrémité. Vos 4 bastaings ont ainsi exactement la même longueur et donc un alignement parfait. Il vous suffit maintenant de positionner les pieds aux emplacements souhaités.
Contrairement au schéma 3D, j’ai préféré éloigner les pieds non plus à 20 cm mais à 10 cm des extrémités afin d’avoir la place nécessaire pour le compresseur (110 cm)

2/ Positionner et fixer le plateau sur les pieds

J’utilise ici, 2 vis Spax à tête plate de 120×8 par bastaing ce qui sera parfait pour bien fixer le plateau aux pieds. Sur le 1er et 4ème bastaings, les vis extérieures viennent se visser au milieu du montant vertical du pied, la 2ème vis est elle prise dans la traverse horizontale.

Je fixe le 1er bastaing en m’assurant juste de son bon positionnement sur les 3 pieds. Les bastaings suivants seront un brin plus complexes à mettre. D’une, j’utilise de la colle à bois entre les « lames » afin d’avoir un semblant d’étanchéité entres elles. Cela permet aussi d’avoir un rendu beaucoup plus soigné ou le plan de travail semblera n’être que d’une pièce. Ne lésinez pas sur la colle, le surplus sera retiré lors du ponçage !

Ensuite, il est important que les bastaings soient bien solidaires les uns aux autres avant de les fixer sur les pieds. Le 1er étant déjà visser, nous allons utiliser des sangles pour serrer le 2e bastaing sur le 1er pour ensuite le visser à son tour. En plus, cela viendra comprimer la colle pour colmater les éventuels interstices.

On réitère l’opération pour les 4 bastaings et vous obtenez un plan de travail parfaitement plat, aligné et d’un seul tenant 🙂 c’est beau !!!

Vous pouvez vous arrêter là si le coeur vous en dit… ou faire comme moi, « perdre » votre temps dans plein de petites finitions 🙂

3/ Astuces : pieds réglables pour gérer un sol non plat

Vous vous êtes donné du mal à avoir vos pieds parfaitement à la même longueur et quand vous positionnez votre nouvel établi, vous vous rendez compte qu’un pied ou deux ne touchent pas le sol… quelle horreur !!
Mais ce n’est pas trop tard ! Vous pouvez toujours adapter un pied réglable pour gérer ce satané pied qui ne touche pas.

On commence par percer le pied en question avec un 1er forêt bois du diamètre de la vis du pied. Puis faites un 2ème trou (nettement moins profond) du diamètre du pas de vis qui fixera le pied réglable (ce n’est pas clair… regardons les photos !)

On insère ensuite le pas de vis, il s’emboîte à l’aide d’un marteau

Enfin, on vient visser le pied réglable et on le positionne à la bonne hauteur afin de compenser votre sol qui n’est définitivement pas plat ! Le tour est joué, votre établi ne sera pas bancale 😉

Le but n’est pas d’en mettre sous tous les pieds. La surface de contact étant nettement moins grande que votre bastaing, c’est une solution pour régler un potentiel problème. Le reste des pieds devraient normalement toucher terre si vous ne vous êtes pas raté dans vos mesures.

4/ Ponçage et peinture de votre établi

Vous le savez aussi bien que moi mais lorsque nous bricolons, il y a souvent de la poussière, de l’huile, … bref, tout ce qui vient se cacher dans les recoins de votre établi. Pour compenser et permettre de nettoyer votre établi le plus simplement possible, il est important que la surface soit bien lisse !
J’ai donc décidé de poncer tout le plan de travail puis le peindre.

Même technique que celle utilisée pour les pieds, je commence à ma ponceuse excentrique en grain 50 puis finition en 120, ce qui est largement suffisant pour avoir un aspect lisse. L’établi est méconnaissable.

L’intérêt de la peinture est de pouvoir protéger efficacement votre plan de travail et le nettoyer plus facilement. En effet, la peinture va s’immiscer dans le bois et le rendre imperméable. Afin de réduire les coûts, j’ai utilisé la lasure de ma cabane de jardin, de la V33 Haute protection (c’est toujours 30€ de gagné). Elle peut s’appliquer au pinceau ou au pistolet.

Je me suis équipé d’un compresseur dernièrement et j’en ai donc profité pour tester la peinture au pistolet… le pied ! Un vrai gain de temps et je pense un rendu beaucoup plus propre que le pinceau (aucune trace, pas besoin de peindre dans un seul sens, …). Je suis très satisfait du résultat.

Notre établi est maintenant peint, nous arrivons bientôt à la fin du chantier. La lasure met 2 heures à sécher, c’est donc très rapide.

5/ Installation des accessoires

Le but de notre établi n’est pas uniquement d’être joli… (même si c’est mieux), c’est surtout d’être pratique et SOLIDE. Pour l’instant, en termes de dimensionnement, nous avons choisi de la bonne visserie et des bastaings assez épais. Pour m’assurer de la bonne solidité du plan de travail, j’ai opté pour l’ajout de connecteurs de charpente. Ce sont des petites platines à pointes qui permettent de solidariser les bastaings entre eux.

Au niveau des accessoires, avant de passer à la fixation des tôles en alu sur la moitié de l’établi, j’ai positionné l’étau au centre de celui-ci. Cela me permet d’avoir assez de place pour bricoler à droite et à gauche de l’étau. Il est fixé à l’aide de 3 grosses vis de 10×80 directement dans les bastaings du plan de travail

6/ Réalisation des finitions et pose des tôles de protection

Enfin, nous allons nous occuper des tôles de protection. Je vous explique tout d’abord l’intérêt de la démarche. L’avantage de ces tôles en alu est la capacité de venir faire de la soudure sur mon établi sans endommager le bois du plan de travail. J’aurais donc une moitié d’établi pour faire mes plans, des petits bricolages, … et de l’autre coté, je pourrais faire de la soudure, poser des objets lourds ou gras (type culasse, carburateurs, …).

Vous allez me dire que j’aurais pu prendre de la grosse tôle alu grain de riz en 3 mm et d’un seul tenant… c’est vrai, vous avez raison. Mais, il faut garder en tête que notre établi doit être solide ET économique. Sachez qu’une plaque de 200×100 en 3 mm coûte plus de 150€ soit presque le prix de l’établi. Je me suis donc tourné vers 2 tôles de 100×60 en 1 mm pour 40€. C’est vrai que cela sera moins solide mais largement suffisant !

N’ayant pas à disposition de plieuse, la méthode D consiste à coincer la tôle entre l’établi et une réglette à l’aide de serre joints. L’extrémité de la tôle doit couvrir l’épaisseur du plan de travail ainsi qu’un léger retour en dessous pour éviter de venir se blesser. Ici, l’extension fera 70 mm (60 mm d’épaisseur et 10 mm de retour).

Je n’ai pas fait apparaître la visserie qui va venir fixer les tôles sur l’établi (je ne l’ai pas encore fait). J’utiliserais 9 vis à tête plate par tôle (pas besoin d’avoir un diamètre trop gros).
Nous pouvons passer au pliage de l’autre extrémité de la tôle avec la même technique (réglette, serre joint, …).

Si comme moi, vous utilisez 2 tôles, assurez vous de ne laisser aucun jour entre les 2 avant de réaliser les pliages. Le surplus de tôle est coupé à l’aide d’une disqueuse.

7/ Installer votre nouvel établi et admirez le résultat

Arrivé à cette étape, vous pouvez être fier de vous, votre établi est terminé ! Il ne vous reste plus qu’à le positionner dans vote garage, de préférence près d’une prise électrique. L’étape suivante consistera à aménager vote garage autour de cet établi : avoir les outils à portée de main, installer des étagères, … bref, organisez le garage de vos rêves !

Vous voulez télécharger tous les plans, les côtes et les détails de cette établi, il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous : 

Plan d’établi ZoneTravaux

J’espère que cette réalisation vous plaira et dès maintenant, vous pouvez nous rejoindre sur le forum pour poser vos questions ou soumettre vos suggestions ou conseils 😉

A bientôt sur Zone Travaux !

Outils utilisés :

Quitter la version mobile