Site icon ZoneTravaux

Tutoriel DIY : Fabriquer sa planche de skate longboard en bois et carbone

J’avais déjà eu l’occasion de vous présenter un tutoriel sur la fabrication d’une planche de skateboard mais cette fois-ci, nous passons l’étape supérieure en réalisant un Skate en bois et carbone !


Liste du matériel pour le skate en bois et carbone :

Liste des outils utilisés :

Comme vous pouvez le constater, ce tutoriel nécessite un peu de matériaux et d’outils mais il est tout à fait possible de faire avec moins (remplacer la scie sauteuse par une scie à main, la ponceuse et l’affleureuse par du papier de verre, …) : Faites en fonction de votre atelier !!

Focus sur le Carbone :

Le point le plus sympa de ce tutoriel, c’est l’utilisation du carbone dans notre réalisation et je peux vous assurer… c’est génial à travailler ! Je suis parti de zéro en connaissance de ce matériau et de son utilisation.

C’est en discutant avec un revendeur que j’ai tout appris et j’en profite pour le remercier sincèrement pour ses conseils : Vincent de Boutique-Carbone (vente en ligne ou sur place à Villabé 91). Il a fait preuve de beaucoup de patience 🙂 Je vous le recommande vraiment !

Je suis donc parti sur un mixe de 2 plis de tissu carbone (sergé 2×2) et un pli de carbone/Kevlar en plus des 7 plis d’érable canadien.

Collage de la planche :

Je prépare les différents éléments pour le collage en démarrant par la découpe des plis de carbone. Munissez vous d’une bonne paire de ciseaux !

Pour la découpe du tissu, utilisez du scotch qui facilitera vraiment le passage des ciseaux. Après le carbone, on passe au Kevlar (nettement plus dense à couper !).

Afin de réaliser la forme de votre future planche, il existe 2 méthodes bien distinctes :

Préparons les différents plis pour le collage, d’abord ceux en carbone que je mets de coté

Les différents éléments nécessaires pour l’application de la résine et la mise sous bâche :

La résine que j’utilise est de la Surfclear (1 bidon de résine époxy SR 300gr et 1 bidon de durcisseur SD 114gr). Les ratios sont très simples : 2 doses d’époxy pour une dose de durcisseur).

Le mélange est réalisé dans un pot à l’aide d’une baguette en bois. Le mélange peut polymériser plus ou moins rapidement en fonction des conditions d’application alors n’en prévoyez pas trop au départ, c’est rapide à préparer en cours de route !

Pour les étapes de collage des plis du bois, je vous invite à regarder mon précédent tuto, c’est exactement la même méthode (faites attention au sens des fils du bois !).

La grande différence ici, c’est l’intégration de plis de carbone dans la structure de la planche :

Une fois tous les plis positionnés et l’ensemble placé sur le moule, on peut placer le sandwich dans la bâche sous vide. J’utilise ici le kit Roarockit que je trouve vraiment simple d’utilisation !

N’hésitez pas à renforcer les points de serrage avec des pinces pour assurer une belle forme de shape à la fin. Vue du dessous :

Préparation de la planche :

Une fois polymérisée, nous pouvons retirer le sandwich de la bâche et démarrer la conception de la planche.

C’est la partie du tuto la plus sympa lorsqu’on retire le tissu d’arrachage et que le carbone se révèle !

Le sandwich a vraiment bien prit la forme du moule d’origine

Nous allons maintenant pouvoir attaquer dans le dur avec la découpe de la planche. Comme expliqué, je vais faire une copie conforme de mon ancienne planche pour plus de facilité mais il vous est tout à fait possible de donner n’importe quelle forme à votre planche !

Découpe de la planche

Pour la découpe, utilisez une scie sauteuse performante (ou en tout cas, des lames de qualité). Il faut savoir qu’une scie sauteuse peut générer beaucoup de vibration et, dans le cas ou le collage n’était pas strictement parfait, la planche pourra avoir des faiblesses.

On peut vraiment constater la qualité de ma « petite » scie Bosch (Bosch Pro GST 18 V-LI S) avec un rendu de coupe très précis (j’en suis assez bluffé).

On voit bien les différents plis sur ces photos et le résultat direct après découpe laisse déjà apparaître la forme définitive de la planche : quel bonheur !

Vous commencez à me connaître, je suis un fan des finitions ! J’utilise une affleureuse (Bosch Pro GKF 600) afin d’arrondir les angles de ma planche (fraise quart de rond) le tout bien serré dans mon étau (TRITON Superjaws).

Le rendu devient de plus en plus sympa !

Autre petite astuce pour les amateurs longboard ou plutôt ceux qui détestent les fameux « wheelbites », on peut réaliser des passages de roues sur la planche. Cela donne un coté un peu plus travaillé et une super finition (sinon, mettez des pads et resserrez les trucks… ca marche aussi !).

Pour ces passages de roues, vous pouvez utiliser une défonceuse ou, comme ici, une ponceuse à cylindre (TRITON TSP S450). Cet outil se révèle vraiment pratique dans cet exercice !

C’est beau !!

Faites tout de même attention à la position des passages car ils doivent correspondre à votre setup. Pour cela, il faut positionner les trucks, mettre en place les roues et éventuellement les pads. Ensuite, penchez vous sur la planche jusqu’à ce que les roues touchent le deck et prenez vos marques. C’est sur ces marques que vous pourrez creuser les passages de roue.

Ensuite, je réalise quelques finitions de ponçage avec une ponceuse excentrique (Bosch Pro GEX 125 AC) avec un grain fin pour finaliser les arrondis et les bordures de la planche (j’ai mixé les photos de 2 réalisations de planche pour en faire un seul article, c’est pour cela qu’il n’y a pas de carbone sur le dessus de celle-ci !).

Finitions et glaçage de la résine :

Lorsque la planche est presque terminée, nous pouvons passer aux perçages des emplacements de trucks. C’est un moment très important car il faut des mesures et un perçage très précis !

Il est donc indispensable de prendre des cotes les plus précises et de vous assurer de l’alignement des perçages des trucks avant et arrière.

Une fois les côtes prises et afin de garantir l’alignement parfait des trous, j’ai réalisé un gabarit en bois. Ce dernier me permet de positionner parfaitement ma perceuse avant de réaliser les trous.

Après quelques sueurs froides, c’est percé 🙂

Dernière étape de cette réalisation, le glaçage du carbone et du kevlar pour un rendu lisse comme une peau de bébé. Le glaçage consiste a ajouter une très fine couche de résine sur votre carbone pour retirer d’éventuelles bulles ou autres petits ratés.

Avant de glacer, on commence par poncer le carbone avec un grain de plus en plus fin : démarrage au 100 puis jusqu’à 1000 à l’eau. 

Sur ces photos, on constate bien les petites irrégularités liées à l’épaisseur du carbone. C’est le glaçage qui va permettre d’aplanir tout cela parfaitement.

Début du glaçage

Je prépare donc un petit peu de résine (même proportion 2 pour 1) dans une pièce assez chaude pour que la résine s’auto-lisse au maximum.

Je laisse secher 24h puis je me remets au ponçage et jusqu’à 2000 à l’eau pour cette dernière étape. Le rendu est vraiment sublime et doit briller à la lumière !

Zoom sur le carbone ou plus aucune imperfection ne doit apparaître si vous avez bien poncer et glacer (utilisez une lumière rasante pour voir les défauts)

Réalisation du Grip de votre longboard :

Pour la réalisation du grip, vous pouvez acheter directement des bandes à coller et découper. De mon coté, je voulais laisser le carbone visible alors j’ai opté pour la pose d’un grip liquide, oui oui ! Ce produit est le Medium de LucidGrip. Il équipe d’origine les fameuses planche ARBOR donc la qualité est au rendez-vous.

Tant qu’à faire un grip moi-même, autant le personnaliser. J’ai donc positionné des bandes de scotch pour faire un motif avant d’apposer le liquide.

Ensuite, un coup de spray liquide, un coup de salière à grip (n’en mettez pas trop) puis, à nouveau, un coup de spray liquide. C’est très simple à poser !

Pour un résultat propre, je n’attends pas que le grip soit sec, je retire le scotch dès que le grip est posé. Cela permet des délimitations très nettes.

Dernière étape pour protéger à la fois le carbone et le grip, je passe une couche de vernis mais pas n’importe lequel : du spraymax 2K (vernis bi-composant polyuréthane)… Vraiment le meilleur vernis que j’ai pu utiliser à ce jour (il existe en brillant ou en mat).

Attention, une fois ouverte et mélangée, cette bombe de peinture ne se garde pas alors finalisez votre travail en une seule fois. Après séchage, ce vernis se lisse de lui-même de manière assez impressionnante ! En plus, il apporte une profondeur et du relief aux fibres de carbone.

Rendu finale du Skate en bois et carbone

La planche est maintenant finie, il ne me restera plus qu’à installer les trucks et le roues pour la tester !

Quelques détails de conception avec les passages de roues

Ainsi que le résultat avec le vernis brillant sur le carbone kevlar. C’est vraiment magique !

Si vous avez des questions, n’hésitez pas et surtout, lancez-vous : quel bonheur de pouvoir rider sa propre planche DIY.

A bientôt sur ZoneTravaux !

Quitter la version mobile