Brico : Le faux-plafond autoportant

Le faux-plafond est aujourd’hui devenu un incontournable, que ce soit en rénovation ou dans le neuf. Il permet de créer un espace technique pour faire passer des gaines d’aération, des câbles électriques et d’apporter une belle touche de modernité grâce à la possibilité qu’il offre de mettre en place des spots d’éclairage. Il peut enfin être un excellent moyen d’isoler une pièce des bruits extérieurs. Le faux-plafond autoportant en est une déclinaison très intéressante que je vous propose de détailler dans cet article.

Faux-Plafond-Auto-Porteur_12

Je vous propose avec cet article un petit focus sur les faux-plafond autoportant, c’est à dire qui ne prennent appui que sur la périphérie de la pièce sans utiliser de suspentes fixées sur les poutres de la pièce ou sur le plafond existant.

L’intérêt de ce type de plafond, c’est qu’il est très rapide à poser, il nécessite moins de matériel et vous libère des contraintes techniques liées au support.

Le principe est simple, c’est comme une cloison que l’on aurait placée à l’horizontal.

Il faut quand même respecter certaines règles afin d’éviter tout affaissement du plafond et c’est le but de cet article. En ayant en tête et en respectant ces règles, vous serez assurés de monter un ouvrage en toute sécurité et en toute confiance.

Par où commencer un faux-plafond autoportant ?

Le point de départ commence par la prise de mesure de la pièce dans laquelle vous souhaitez installer votre faux plafond. Une pièce étant en général rectangulaire (ou carrée) il vous faut mesurer la longueur, la largeur et retenir la plus petite des deux distances.

C’est sur elle que nous allons nous baser pour déterminer « la portée maximum » que nous avons à couvrir et dimensionner ainsi les rails/montants que nous allons devoir utiliser.

Montants_M48_M70_M90

En effet, en fonction de cette longueur (portée), nous allons utiliser des montants de 48, 70 ou 90.

2,10 mètres en M48 simples tous les 60 cm
2,50 mètres en M48 doublés tous les 60 cm
2,70 mètres en M70 simples tous les 60 cm
3,20 mètres en M70 doublés tous les 60 cm
3,15 mètres en M90 simples tous les 60 cm
3,70 mètres en M90 doublés tous les 60 cm

On peut aussi gagner quelques centimètres en réduisant l’entre-axe à 40 cm, ce qui augmentera par contre le coût des matériaux (car on devra acheter plus de montants) :

2,75 mètres en M48 doublés tous les 40 cm
3,55 mètres en M70 doublés tous les 40 cm
4,10 mètres en M90 doublés tous les 40 cm

Vous comprenez qu’il vous reste à trouver la combinaison la plus adaptée à votre cas, de ce que vous trouvez chez votre revendeur de matériaux.

Une fois déterminé le matériel à utiliser, il vous faudra passer à l’action et commencer le montage de votre plafond.

La prise des mesures

Faux-plafond-auto-porteur

Dans notre exemple, nous avons une pièce de 6 mètres x 3,56 mètres. On est donc trop long pour les rails en M70 tous les 40 cm, et on va devoir passer en M90 tous les 60 cm.

On commence par repérer la hauteur à laquelle on pose ce plafond, ça dépendra là encore de ce que vous avez à passer dans ce faux-plafond ou si c’est juste un plafond acoustique par exemple. Laissez au minimum 1 cm entre le plafond existant et le haut du rail.

La pose des rails

On commence par poser les rails sur les 2 murs opposés (dont la distance la plus courte repérée plus haut) à une distance de 1 cm du plafond existant.

On trace un trait à 1 cm du plafond à l’aide d’un niveau :

Faux-Plafond-Auto-Porteur_02

On pose les rails le long du trait :

Faux-Plafond-Auto-Porteur_03

De chaque côté de la pièce :

Faux-Plafond-Auto-Porteur_06

On vérifie que les rails sont bien posés à l’horizontal à l’aide d’un niveau (si possible à l’aide d’un niveau laser), on les fixe aux murs à l’aide de moyens de fixation adaptés à la nature de ces murs. Ces fixations doivent être espacées de 60 cm au maximum.

La pose des montants

Une fois les rails fixés, on passe à la mise en place des montants, un premier le long du mur, puis les rails (doublés ou non) tous les 40 ou 60 cm.

Le montant le long du mur du fond :

Faux-Plafond-Auto-Porteur_04

Il manque quelques 56 cm, on complète avec un morceau de montant :

Faux-Plafond-Auto-Porteur_15

Faux-Plafond-Auto-Porteur_08

Ensuite, on fait un repère à 60 cm du mur pour poser notre première rangée de 2 rails posés dos à dos :

Faux-Plafond-Auto-Porteur_09

Petit problème, on se rend compte qu’un montant ne va pas d’un bout à l’autre de la pièce, il va falloir les poser décalés pour atteindre les 2 rails.

Avec ce dessin, vous allez comprendre comment les 2 montants sont posés, je les ai foncés pour que l’on visualise bien :

Faux-Plafond-Auto-Porteur_10

On visse bien ces 2 rails dos-à-dos avec des vis auto-foreuses que l’on place tous les 60 cm. Et on complète comme le long du mur avec des morceaux de montants (de 56cm si tout va bien).

On peut alors poser les autres rangées de montants en procédant de la même manière :

Faux-plafond-auto-mini

D’habitude, je vous montre comment sertir les montants sur les rails, ici nous allons utiliser des vis auto-foreuses pour respecter les normes propres aux plafonds : une vis par le dessus, et une par dessous (si vous n’avez pas la place de passer par au-dessus, il faudra alors poser la vis par le dessous mais sur la partie supérieure de l’ensemble rail/montant.

Une fois les montants posés, il ne nous reste plus qu’à placer de l’isolant entre ces derniers si l’on souhaite apporter une isolation phonique et à recouvrir le tout avec notre placo.

La pose du placo

Pose de la première plaque :

Faux-Plafond-Auto-Porteur_12

Et pose du reste du faux-plafond :

Faux-Plafond-Auto-Porteur_14

Voilà pour la manière dont on procède pour faire un faux-plafond autoportant. L’objectif de cet article est plus d’apporter les bases sur les différentes situations qui peuvent se présenter et les matériaux à utiliser dans ces différents cas, les distances mini à respecter et sur les étapes pour monter le faux-plafond.

Si vous voulez vous lancer, je vous conseille fortement l’un de ces deux livres qui reprennent toutes les informations essentielles sur tout ce qui concerne les ouvrages à base de placo :

Si j’ai l’occasion de faire des photos de votre faux-plafond autoportant lors d’un chantier, je viendrai alimenter ce tuto pour apporter un peu plus de concret à la théorie.

A très vite sur ZoneTravaux !

Tags : , , , , , , ,

A propos de

Passionné de bricolage depuis toujours, ZoneTravaux est pour moi un excellent moyen de partager avec les lecteurs mes expériences trucs et astuces accumulés au fil des ans.

85 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *